Interview de Georges Cabasse à Stereoplay en août 1992

De Forum Cabasse
Révision datée du 26 février 2020 à 01:15 par Scytales (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

L'interview de Georges Cabasse reproduite et traduite ci-dessous a été réalisée par Karl Breh, le rédacteur en chef de la revue allemande Stereoplay, et a été publiée dans le numéro d'août 1992 dans le cadre d'un article consacré à la présentation de l'enceinte étalon MC001 Atlantis qui a fait la manchette à la une du magazine.

Documents originaux

atlantis-stereoplay-aout1992_6.jpg

atlantis-stereoplay-aout1992_7.jpg

Traduction

Titre :

Le rêve devenu réalité

Introduction :

Toute sa vie durant, Georges Cabasse s'est accroché à son rêve de Haute Fidélité : se rapprocher le plus possible du son originel des instruments acoustiques et de la voix humaine. Avec la MC001, ce rêve a pris une forme imposante.

L'interview :

Stereoplay : Quels sont les domaines d'activité de Cabasse aujourd'hui ?

Georges Cabasse : Comme auparavant, nous nous occupons d'électroacoustique. La hifi est de loin l'activité la plus importante. Un département distinct s'occupe de l'équipement professionnel. Par exemple, Cabasse a équipé tous les studios de Radio France, le système à 12 canaux de la salle de cinéma à grand spectacle de La Géode et d'autres salles encore. Il ne s'agit jamais d'installations de sonorisation ordinaires, mais plutôt d'installations de haute qualité et de hautes performances.

S : Cabasse n'a-t-il pas aussi été fournisseur olympique à Albertville [À l'occasion des Jeux olympiques d'hiver 1992, NdT] ?

GC : Oui, dans la mesure où nous avons collaboré avec Thomson et la SFP (Société Française de Production). Le contrôle de la qualité de retransmission du son a été effectué avec du matériel Cabasse. Nous travaillons également pour le compte de Thomson à l’amélioration de la qualité sonore de ses téléviseurs grand format 16:9 HDTV. Par la suite, nous expertiserons les appareils moins chers de cette société. Nous travaillons aussi sur des systèmes de sonorisation pour des applications militaires.

S : Vous avez acheté une nouvelle usine ?

GC : Oui, mais la production n'a pas encore vraiment débuté. Pour l'instant, seuls quelques prototypes ont quitté les chaînes d'assemblage. L'usine est située à Tronçais, au centre de la France, et s'appelle simplement Tronçais SA. Sa surface de production de 30 000 mètres carrés est assez importante. Nous y mettons en place des lignes de transformation du bois qui n'ont rien à voir avec la fabrication d'enceintes acoustiques. Nous y produirons également des ébénisteries pour nos concurrents.

S : Est-ce que Cabasse va fermer d'autres usines en contrepartie ?

GC : À terme, oui. Nous allons transférer la production d'enceintes depuis nos deux usines du nord de la France vers la nouvelle implantation.

S : Est-ce que cela va faire évoluer vos effectifs ?

GC : Pas beaucoup. Actuellement, 12 employés sont occupés à l'installation de la nouvelle usine. Au total, environ 160 personnes travaillent chez Cabasse.

S : Quel a été votre chiffre d'affaire en 1991 ?

GC : Environ 60 millions de francs [Un peu plus de 13,5 millions d'euros de 2018, NdT. Source : INSEE]. 20 % proviennent de l'exportation. Nous réalisons nos meilleurs résultats en Suisse.

S : Avec l'enceinte MC001, Georges Cabasse a-t-il réalisé le rêve de toute une vie de hifiste, approcher à la perfection le son originel ?

GC : Il s'est déjà réalisé avec les Albatros. La MC001 en est le prolongement. Il y a eu sept modèles d'Albatros, améliorés au fur et à mesure. En partant de là, nous avons développé des enceintes encore plus grosses, dont certaines ont été vendues jusqu’à Taïwan. De là est graduellement issue la conception de la MC001, qui est entièrement basée sur la philosophie du point-source d'émission.

S : Avec la perspective qu’il sera possible, grâce à l’électronique numérique, de réduire à zéro les distances déjà faibles entre les centres acoustiques des haut-parleurs d'aiguës, de médiums et de bas-médiums disposés sur le même axe ?

GC : Oui, c'est bien ça. Nous effectuons déjà une correction de phase analogique - une ligne de retard - entre les basses fréquences et les gammes de fréquences émises depuis la sphère. Ultérieurement, tout sera ajusté grâce à des moyens numériques.

S : À environ 100 000 marks la paire, la MC001 est extrêmement chère. Comment le justifiez-vous ?

GC : Sous tous ses aspects, c'est un produit artisanal, qu’il s’agisse de l'ébénisterie, de la mise au point ou des haut-parleurs. Nous avons tellement resserré les tolérances de fabrication que, franchement, tout un chacun, vous ou moi, ne pourrions assembler une MC001. En outre, des matériaux extrêmement coûteux sont employés et je ne parle même pas des coûts de la recherche et du développement.

S : Mais si vous receviez, par exemple, une commande de dix exemplaires, seriez-vous capable de les produire et de les livrer ?

GC : À l'heure actuelle, nous ne pouvons pas produire plus d'une paire par mois.

S : Cette philosophie du point-source sous la forme d'une boule contenant de multiples membranes sera certainement appliquée à des produits plus abordables ?

GC : Depuis maintenant quatre années, nous développons une famille d'enceintes acoustiques comportant les modèles MC002, MC003 et MC005 qui dérivent directement de la MC001, mais qui sont plus petites, plus logeables et plus abordables. Elles devraient être mises sur le marché en 1993.

S : Voudriez-vous nous dire encore autre chose sur la situation de la Haute Fidélité en France et en Europe ?

GC : Aujourd'hui, force est de constater que beaucoup de principes élémentaires sont tombés dans l'oubli. En revanche, on fait des choses qui font tourner le commerce, mais qui n'ont plus rien à voir avec la hifi. Par exemple, on a tendance à négliger l'importance de l'amplificateur, tandis qu'on voit affluer des objets comme les câbles ou autres accessoires ésotériques qui ne jouent aucun rôle dans la reproduction musicale de haute qualité.

Interview : Karl Breh


Légende des illustrations (de haut en bas et de gauche à droite) :

1. Comme seul mètre-étalon de la Haute Fidélité, la comparaison directe avec l'original : Georges Cabasse à côté de sa MC001, qui lui a fait franchir un grand pas pour se rapprocher de cet idéal qu'il s'est imposé.

2. "Notre système coaxial offre d’énormes avantages pour une transduction du signal fidèle à l’original" : Josef [En réalité Joël, NDT] Richard, l'ingénieur de recherche de Cabasse, explique la structure de la MC001.

3. "Pour moi, la MC001 est l'apogée de notre développement et le point de départ d'une nouvelle génération d'enceintes Cabasse" : Christophe Cabasse, responsable de l'exportation.

4. Le responsable de l'ensemble du développement : François Bellec, le chef du laboratoire Cabasse.

5. Superviseur des finances, elle est aux côtés de Georges Cabasse depuis plus de 40 ans la plus charmante ambassadrice de l'entreprise : Élisabeth Cabasse, mère de cinq fils, dont trois travaillent dans des entreprises familiales après des études et des années d'apprentissage dans d'autres secteurs d'activité.

Traduit de l'allemand par Scytales.


Les autres interviews de Georges Cabasse :


Interview d’Élisabeth Cabasse :


Retourner vers le menu des articles de presse