Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Répondre
Dom
Causant
Causant
Messages : 134
Enregistré le : sam. 21 mai 2011 18:48

Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par Dom »

Avant de débuter un nouveau sujet, je remercie les fondateurs de ce site et ses membres fidèles, qui au fil des années ont finalement constitué une ressource documentaire sans concurrence sur ce fabricant qui a eu tellement d'influence sur le marché de l'électroacoustique et de la HiFi en France à son heure de gloire. J'ai fréquemment et depuis des années parcouru ce forum afin de préciser ma connaissance de tel ou tel produit - récent ou ancien. A présent, j'aimerais y apporter ma contribution.

Dans l'histoire des produits Cabasse, qui fut assez linéaire tant les ruptures furent peu nombreuses (à part, bien-sûr, depuis le milieu des années 90, pour les raisons que l'on sait), il fut une série d'enceintes qui traduisit de la part de ses concepteurs, la recherche d'une approche nouvelle dans un cadre et un style pourtant immuable (enceinte close parallélépipédique, finition noyer naturel, HP médium et aigus à dôme, face avant à plans décalés, etc.): la gamme "tout dôme". Cette gamme réunit dès 1983/84 trois modèles (Caravelle, Corvette, Galiote). Elle sera progressivement retirée du catalogue à partir de 1992 (Corvette M2) et finalement en 1996 (Galiote M2), disparaîtra comme toutes les autres productions emblématiques du fabricant dans les eaux profondes après le raz de marée que fut la vente de l'entreprise par son fondateur. La durée de vie de la gamme aura donc atteint plus de 12 ans, ce qui suffit à démontrer sa réussite technique et peut-être même commerciale (sur un marché de niche). D'autres modèles furent associés à cette gamme (Brigantin IV, Eider VI, puis toutes les modèles asservis) car ils bénéficiaient de la R&D sur la nouvelle membrane à dôme en nid d'abeille, mais ceux-ci ne découlent pas de la même idée directrice, à savoir: l'adaptation du niveau de grave dans le local d'écoute réel par un moyen électronique. L'expérience fut étendue à l'extrême grave avec le modèle Etna.

Ces enceintes, dont je possède ou ai possédé peu ou prou tous les modèles, ont non seulement d'excellentes qualités de restitution mais demeurent dans leur conception (davantage que dans leur aspect qui reste classique ou vieux-jeu, question de goût) extrêmement modernes. Il a fallu attendre pratiquement jusqu'à nos jours, et l'avènement des DSP généralisés dans les produits home-cinema grand public, pour qu'il soit largement admis que la chaîne audio ne s'arrête pas aux HP mais que son dernier maillon est la salle d'écoute. Et que celle-ci devait, d'une manière ou d'une autre, être intégrée dans la conception d'un système. D'où les algorithmes de filtrage multi-bande incorporés dans de nombreux processeurs HC multicanaux (Room Perfect, Audissey, etc.), et sur certains caissons d'extrême grave. Il est vrai, que ce filtrage est désormais réalisé de manière automatique lors de la procédure de réglage initial, alors qu'en 1984... Cabasse fournissait un compensateur actif optionnel (en fait, un filtre paramétrique de type "shelve" LF mono-bande à 2 voies) avec réglage manuel!

Bien installées (et bien réglées, car le compensateur actif est en réalité obligatoire), ces enceintes procurent un plaisir d'écoute immédiat. Je me souviens de l'époque (on avait autour de 18 ans) à laquelle nous écoutions passionnément nos disques 33T sur platine Barthe Rotofluid avec la première paire d'enceintes commandées directement à la maison Cabasse, financées moitié-moitié avec ma sœur, c'était des Caravelle M1 - on voulait bien faire les choses mais ce n'était quand même pas donné! On a été tous les deux marqués par ce son riche, incisif, net, dense et réaliste. C'était tellement différent de ce que l'on entendait alors sur la chaîne japonaise des copains. Bref, le passage de l'AM à la FM. Aujourd'hui, j'en suis encore là et le plaisir aussi.

Pourtant ces enceintes sont assez méconnues des amateurs d'enceintes Cabasse, du moins ne sont-elles pas appréciées à mon avis à leur juste valeur. Leur réponse naturelle, atténuée dans le grave, et leur système de correction électronique inspire un peu de méfiance, sans doute à juste titre. C'est pourquoi il me semble utile de partager mon expérience - si tant est que cela intéresse quelqu'un... pas sûr!

Je reviendrai régulièrement enrichir ce sujet au fur et à mesure des éléments qui se présenteront (photos, mesures, docs, etc.), des éventuelles questions et de mon temps disponible.

A bientôt.
Modifié en dernier par Dom le dim. 10 juil. 2011 00:39, modifié 4 fois.

madorre
Intarissable
Intarissable
Messages : 4697
Enregistré le : lun. 24 déc. 2007 03:20
Localisation : Cantal-Lozere

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par madorre »

Tout d'abord,je te souhaite la Bienvenue sur le forum
Tu as mis le temps pour poster ton premier message, mais c'est sacrément réussi.
Par contre j'ai une mauvaise nouvelle pour toi, il ne te reste plus qu'à améliorer la productivité pour que l'on ai le plaisir de te lire plus souvent. :-D

Effectivement, cette série tout dôme fut une réussite. Non seulement sur la qualité d’écoute, mais aussi sur son avancée technologique. Bien sur, on pensera au dômes, des 17ND ou 21ND ...mais également comme tu la fait remarquer à l'amplification, au compensateur actif... Ces séries d'enceintes furent également les premières à pouvoir fonctionner avec caissons, et sont quelque part des précurseurs des Baltics par exemple. Elles pouvaient être associées avec les Etnas (HP dômes également)

Dom
Causant
Causant
Messages : 134
Enregistré le : sam. 21 mai 2011 18:48

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par Dom »

Bon, comme à tout seigneur, tout honneur, commençons par un premier tour d'horizon du modèle haut de gamme: la Caravelle.

La Caravelle est un modèle 3 voies et 3 HP à filtrage passif dans une enceinte close de 53 litres (volume externe) et de 66 cm de haut. Donc un format compact qui déroge à la mode à présent établie des enceintes colonnes: ce n'est ni une enceinte au format "bibliothèque", ni une enceinte à poser - droite - au sol. Offrant plus d'assise que les premières (par l'extension du grave), elle est plus discrète dans un intérieur domestique que les secondes. Et tellement élégante en plus (l'intégration d'un 30 cm sur la face avant - telles les Clipper, Sloop, etc. - épaissit l'allure à mon sens, alors qu'un 21 cm maintient la taille fine).

Il y a eu 2 versions successives (excluons le modèle Caravelle 301 datant de 1998 qui est définitivement hors jeu dans ce sujet!), le M1 et le M2. Contrairement aux apparences - et à certains dires de vendeurs peu scrupuleux - ces enceintes sont différentes et cela s'entend. Elles ont en commun les dimensions physiques et l'équipement (21NDB, DOM12 et DOM4). Seule la membrane du dôme à nid d'abeille diffère par l'aspect: un flocage textile noir recouvrant la face concave et un doublage textile noir de la suspension périphérique apparaissent sur le M2. Ce point serait anecdotique mais il n'est pas totalement anodin. Selon Philippe Muller, le flocage est un "cache misère", destiné à réduire la mise au rebus d'une quantité importante de membranes pour défaut d'aspect lors de la production (la maîtrise du process mis au point par Cabasse étant alors imparfaite). M. Muller estime que la conséquence d'un tel traitement est l'accroissement pénalisant de la masse de la membrane. Je ne partage pas cet avis, bien qu'il soit cohérent dans la tradition Cabasse. Si l'augmentation de la masse mobile est indéniable du fait de l'ajout de matière, il n'y a qu'à observer la nature du traitement appliqué à la seule face visible pour convenir que la masse additionnelle ne peut être que marginale. Mais surtout, contrairement au concept idéal affiché par Cabasse d'une membrane légère et rigide, pour la Caravelle (et a fortiori pour les Corvette et Galiote), l'augmentation de la masse mobile du HP de grave est le seul moyen pour abaisser la fréquence de résonnance du système dans un volume restreint et, par conséquent, d'abaisser la fréquence de coupure basse. Il ne s'agit donc pas d'un point défavorable mais plutôt favorable dans le contexte atypique de cette gamme.

Entre parenthèses, on remarquera que les HP spécialisés équipant les caissons d'extrême grave modernes sont dotés de membranes lourdes qui permettent d'atteindre les 20Hz, alors que les HP à large bande dotés de membranes légères (type 30M20) ne permettent guère de passer sous le cap des 35Hz. Evidemment, la masse engendre du traînage en régime dynamique et doit être compensée par l'amortissement (la puissance du moteur magnétique et la charge close y contribuent).

La différence majeure entre les versions M1 et M2 est dans le schéma du filtre. Celui-ci est emblématique de l'évolution de la conception des enceintes Cabasse de cette époque. Très sommaires dans les modèles anciens (les médiums des Sampan n'étaient filtrés qu'en passe-haut, le passe-bas n'étant assuré que par la coupure acoustique "naturelle" du HP!), les filtres de tous les modèles ont visiblement profité d'une évolution significative, au début des années 90 au terme des études sur le rayonnement des HP qui a conduit à réviser totalement le protocole de mesure du fabricant. Les productions Cabasse ont alors, semble-t-il, rejoint l'état de l'art en matière de filtrage en vigueur chez d'autres fabricants (les revues techniques de cette époque en témoignent). Résultats audibles: les ardeurs du couple éternel DOM4/DOM12 se sont un peu calmées. En particulier, je rejoins ceux qui pensent que le comportement du médium DOM12, lorsqu'il est mal filtré, est le principal responsable d'une certaine tendance à la dureté. Le DOM4 contribuant quant à lui à "tirer" un peu plus la balance tonale vers le haut. Globalement, sur le M2 (comme d'ailleurs sur la Corvette et sur les Yawl, Cotre, Galion VII, Colonne, etc.), les fréquences de coupure entre les voies ont été abaissées par rapport aux générations précédentes, les impédances et les rendements des HP compensés. En bref, le M2 est mieux filtré. A l'écoute, les timbres sont plus homogènes. Le grave n'est pas affecté, mais le haut médium paraît plus doux (sur le piano, plus réaliste) et les aigus un peu moins cinglants qu'avec le M1.

Les changements dans l'ébénisterie (étagement des plans et décaissement de la face avant, le montage à fleur du DOM4) sont également liés à la modification du filtre et vraisemblablement, aux études sur le rayonnement des HP. Pour la petite histoire, j'ai contacté Cabasse il y a quelques années pour effectuer un upgrade de mes Caravelle M1 en M2. Après réflexions et débats internes - m'a-t-on dit - ma demande n'a pas été acceptée car l'étagement des plans de HP ne correspondrait plus aux déphasages engendrés par le filtre entre les voies qu'il est censé compenser! Quant au décaissement de la face avant, il permet de réduire la largeur du baffle et d'éviter les réflexions sur les bords et ainsi à améliorer la régularité du rayonnement horizontal du tweeter. C'est un des arguments avancés pour la promotion de la forme colonne sur laquelle tous les fabricants semblent s'être accordés aujourd'hui, Cabasse entre autres (et pas seulement pour une question de rayonnement horizontal... lorsque tout le monde porte des chaussures à lacets, c'est plus facile pour vendre des lacets!) En revanche, ce point est à l'avantage des enceintes compactes par rapport aux "armoires normandes" (je pense un peu aux Brigantin et Albatros, mais surtout aux grosses JBL de studios des années 80). A l'écoute, je ne peux pourtant pas dire que ce point précis soit en quoi que ce soit déterminant. A débattre.

La question du grave est bien sûr celle que l'on attend venant de ces systèmes compacts qui ont l'ambition de se confronter aux plus grands. Mais il est trop tard ce soir pour entamer cette discussion. Pour alimenter le suspense, je dirais que la fréquence de coupure basse d'une Caravelle corrigée est la même que celle d'une Farella 402, colonne de conception "moderne", de plus grand volume (développé en hauteur), dotée d'un autre HP de 21 cm et d'un accord bass reflex avec évent laminaire débouchant au niveau du sol, soit environ 40 Hz dans la salle d'écoute (relevé de mesures à l'appui). Bien que la Farella soit réputée à juste titre pour ses remarquables qualités générales, si les 2 enceintes se rejoignent dans la qualité de leur grave, elles se séparent subtilement mais irrésistiblement dans le reste du spectre. Au profit de la Caravelle.
Modifié en dernier par Dom le dim. 10 juil. 2011 15:49, modifié 2 fois.

peter77
Intarissable
Intarissable
Messages : 8236
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 11:51
Localisation : Seine et Marne

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par peter77 »

bonjour dom

sois le bienvenue sur ce forum. tes premiers écrits laissent augurer une mine d'information pour tout le monde et pour ceux, comme moi, qui connaissent assez peu l'histoire des enceintes de "Georges" Cabasse.
tes 2 premiers posts m'ont vraiment passionné et j'attends la suite avec délectation et je ne pense pas être le seul a l'avenir.
tu parle de la Caravelle et c'est vrai que l'on n'en voit pas souvent en vente mais que l'on voit encore moins souvent en vente des compensateur actif. quoique j'en ai vu un en vente sur ebay ! et d'après ce que j'ai lu et d'après ce que tu dis la Caravelle ne fonctionne réellement qu'avec ce compensateur si j'ai bien compris.
et d'ailleurs tu compare celle ci au modèle Farella qui est loin d'être un loupé chez Cabasse. Je dirai même, ce fut un produit très largement diffusé a l'époque de sa sortie et une réussite commerciale indéniable.

Pierre

vxl
Intarissable
Intarissable
Messages : 1967
Enregistré le : lun. 26 févr. 2007 13:36
Localisation : 77

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par vxl »

Je suis aussi impatient de lire la suite, surtout si il est question de la Galiote :wink:

madorre
Intarissable
Intarissable
Messages : 4697
Enregistré le : lun. 24 déc. 2007 03:20
Localisation : Cantal-Lozere

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par madorre »

Il nous manque juste quelques photos,
en voici trouvées sur le net...mais n’hésites pas si tu en a de plus jolies.
alors Série 1:
Image

Série 2:
Image

man
Intarissable
Intarissable
Messages : 6836
Enregistré le : ven. 19 janv. 2007 16:42
Localisation : Paris

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par man »

+ 1 pour Dom et bienvenue !

Dom
Causant
Causant
Messages : 134
Enregistré le : sam. 21 mai 2011 18:48

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.

Message par Dom »

Reprenons le fil... de la réponse de la Caravelle dans le grave.

Lorsque on examine le tracé de la réponse pression vs fréquence d'une Caravelle seule (non corrigée) réalisé par Cabasse, on remarque qu'il forme une légère pente ascendante dans la partie inférieure de la bande passante (environ +6dB entre 80Hz et environ 1KHz, soit approximativement la fréquence de raccordement des HP grave et médium). Avec l'emploi du correcteur actif, la réponse devient régulière sur toute la bande passante. Toujours est-il que la fréquence de coupure basse, sur ce tracé, n'est guère inférieure à 65Hz avec correction. Cela ne constitue pas en soit une performance. Il est important de souligner que ces mesures ont été réalisées, comme l'indique le fabricant, en chambre sourde (ou anéchoïque), c'est-à-dire dans une salle dont les parois sont totalement absorbantes à toutes les fréquences. Or, dans une salle d'écoute réelle, ce n'est pas le cas et la réponse de l'enceinte est très différente.

Faisons un point sur cette question. Dans une chambre sourde, comme en plein champ, l'énergie acoustique rayonnée par une source sonore se propage selon toutes les directions de l'espace sans être réfléchie vers l'auditeur qui n'en recevra qu'une infime partie. Dans une salle d'écoute réelle, au contraire, l'énergie rayonnée est confinée à l'intérieur de la salle par réflexion sur les parois (si tant est que celles-ci soient parfaitement rigides et massives). Ce phénomène s'applique théoriquement à toutes les fréquences. En réalité, la construction d'une salle est telle qu'une partie de l'énergie atteignant les parois - sol, murs et plafond - est absorbée par celles-ci (par manque de rigidité) ou transmise vers l'extérieur (notamment par insuffisance de masse). De plus, l'aménagement d'un intérieur domestique - revêtement du sol et des murs, présence d'objets et de meubles souples, etc. - constitue autant de surfaces diffusantes et absorbantes qui, au fur et à mesure des réflexions successives, vont dissiper l'énergie contenue dans la partie supérieure de la bande audible (disons, au-dessus de 1kHz). Par comparaison avec la chambre sourde, l'auditeur situé dans une salle réelle va donc percevoir un volume sonore supérieur, toutes choses égales par ailleurs, en particulier dans la partie inférieure de la bande: dans les graves. En première approximation, tout ce passe comme si les graves étaient amplifiés par la salle (en anglais, on parle de "room gain").

Toutefois, cette amplification n'est ni homogène dans l'espace (car elle dépend de l'emplacement de l'enceinte et de celui de l'auditeur), ni constante ou régulière selon la fréquence. Le premier phénomène qui rentre en jeu est lié à la distance entre l'enceinte et les parois de la pièce qui l'entourent. L'onde sonore réfléchie par une paroi vers l'auditeur atteint celui-ci avec un retard sur l'onde directe. En dessous d'une certaine fréquence, les ondes directes et réfléchies arrivent à l'auditeur pratiquement en phase et elles s'additionnent (en pression). D'où l'effet d'amplification décrit précédemment. Mais au-dessus de cette même fréquence, la relation de phase entre les ondes directes et réfléchies devient cyclique et une alternance régulière (harmonique) d'amplification (0 à +6dB) et d'atténuation (0 à -20dB) se succède au fur et à mesure que l'on augmente la fréquence. C'est un phénomène de "filtre en peigne". Or, cette fréquence est directement liée à la distance entre l'enceinte et la paroi réfléchissante: plus l'enceinte est proche de la paroi - mur ou sol -, plus la fréquence délimitant la bande amplifiée de la bande en filtre en peigne est haute. Par exemple, pour une distance de 1m entre la face avant de l'enceinte et le mur situé derrière elle, la bande amplifiée s'étend de 0 à 42Hz. Pour une distance de 50cm, la bande amplifiée s'étend jusqu'à 85Hz. De surcroît, l'amplification due à plusieurs parois voisines se cumulent et peuvent dépasser +10dB (limite théorique +18 dB dans un coin!)

Le second phénomène qui entre en jeu est plus complexe. Il provient du fait qu'à certaines fréquences particulières, l'énergie acoustique émise par l'enceinte ne se propage pas de façon homogène mais elle se localise dans certaines zones du volume intérieur de la salle. Cette distribution spatiale de l'énergie est appelée mode et elle résulte de l'établissement d'ondes stationnaires. Les zones où l'énergie est maximale sont appelées des ventres. Les zones où l'énergie est nulle sont appelées des nœuds. Les modes sont des caractéristiques acoustiques de la salle. Ils dépendent de sa géométrie (forme et dimensions). Leur amplitude peut être atténuée mais jamais supprimée: c'est une signature acoustique de la salle d'écoute. Le premier mode se manifeste généralement lorsque la demi longueur d'onde est égale à la plus grande dimension de la salle. Par exemple, dans une salle dont la longueur est de 6m, le premier mode se manifeste à 28Hz. Le second mode apparaît à une fréquence supérieure et ainsi de suite. Pour les modes d'ordres supérieurs, les fréquences correspondantes sont de plus en plus proches et les amplitudes des ventres de moins en moins marquées. On peut considérer qu'au delà de 500Hz, les modes ne sont plus déterminants sur la réponse de l'enceinte dans une salle d'écoute. Les phénomènes de mode interviennent donc comme une "zone de turbulences" dans la bande des basses fréquences: au-dessous, pas de problème (dans l'exemple, au-dessous de 28Hz, l'énergie est homogène dans la salle), au-dessus, pas de problème non plus (mais d'autres phénomènes apparaissent...).

Nous avons tous une expérience de ces phénomènes se produisant aux basses fréquences, sans en avoir forcément une bonne compréhension. On est alors tenté de suspecter tel ou tel élément de la chaîne audio - et généralement les enceintes - d'en être la cause. Et on cherche alors dans l'empirisme le plus total, encouragé par tous les marchands du temple, à corriger ce qui apparaît être un défaut à nos oreilles par un autre défaut d'un appareil miraculeux. Il serait pourtant plus sage, lorsque l'on a compris que la loi de l'acoustique est dure mais que c'est la loi, d'essayer de tirer profit au mieux de ces phénomènes. C'est ce que Cabasse a proposé avec la gamme "tout dôme" au milieu des années 80.

La première idée est que, utilisées dans une salle d'écoute, des enceintes équilibrées en chambre sourde produisent un niveau de grave irrégulier et excessif. On pourrait alors penser à atténuer le niveau d'excitation dans cette bande en utilisant un correcteur de tonalité (filtre de type "Baxandall" extrêmement répandu sur les amplificateurs jusque dans les années 80 et pratiquement bannis depuis, quel dommage!) Cela fonctionne en effet, mais ce n'est pas optimal car les fréquences charnières de ces filtres sont fixes et ils ne peuvent s'adapter précisément à chaque situation. Une autre idée consiste à concevoir une enceinte qui, profitant de l'amplification de la salle, rayonne moins d'énergie dans la bande amplifiée (c'est-à-dire dont le rendement décroît dans les basses fréquences) mais dont la fréquence de coupure, paradoxalement, serait plus basse. Placée dans les conditions réelles d'utilisation, cette enceinte verrait ses caractéristiques compensées par celles de la salle et offrirait une réponse plus étendue dans les graves. Au besoin, un correcteur paramétrique permettrait d'obtenir l'équilibre grave-aigu optimal. La réduction du rendement dans les basses fréquences autorise l'utilisation de HP de dimensions réduites (17 à 21cm) ce qui permet d'envisager un volume d'enceinte également réduit.

D'un autre côté, le défaut d'une telle conception est lié aux HP à faible rendement. Lorsque l'on compense électriquement (au moyen d'un correcteur actif) un moindre rendement acoustique du HP grave, celui-ci doit supporter les effets du surcroît de puissance qui lui est appliqué. Thermiquement, la bobine mobile doit dissiper une chaleur supplémentaire et mécaniquement, l'équipage mobile doit supporter des déplacements supérieurs. De plus, ces 2 effets sont des causes connues de distorsion. Un HP standard ne peut donc pas être utilisé sans risque de forte distorsion ou d'endommagement.

Revenons à nos moutons. A titre d'exemple, j'ai relevé les réponses à 1m d'une Caravelle M2 et d'une Farella 402 placées dans une chambre (donc assez absorbante) d'environ 20m2. La Caravelle étant placée sur un support d'environ 40cm de haut (un simple tabouret!) à environ 20cm du mur situé devant la zone d'écoute. Un correcteur actif est mis en service et réglé pour obtenir la réponse la plus régulière. La Farella est bien entendu posée au sol, un peu plus dégagée du mur pour obtenir un niveau de grave plus régulier. Sur les tracés ci-joints, on constate que si la Farella possède une réponse particulièrement étendue aux 2 extrémités de la bande (ici mesurée dans l'axe du tweeter), la Caravelle ne démérite pas, avec un niveau de grave régulier (par rapport à 1kHz) jusqu'à 45Hz. La Farella descend plus bas (35Hz), mais la coupure est plus franche en-dessous, alors que la coupure de la Caravelle est moins abrupte. En-dessous 500Hz, on constate des variations similaires sur les 2 tracés dues aux phénomènes décrits précédemment (avec des différences car les positions des enceintes sont différentes dans la salle). Il y a bien une "signature acoustique" de la salle (notez en particulier l'affaiblissement de la réponse dans la zone allant de 125Hz à 200Hz, dans les 2 cas).

Autre point, bien que les 2 tracés soient volontairement décalés, j'ai noté une différence de rendement tout à fait audible entre les 2 enceintes. Bien que l'impédance nominale de la Farella soit de 4 ohm (donc consommant une puissance approximativement double de celle consommée par la Caravelle - 8 ohm - à tension de sortie d'ampli constante), le niveau sonore produit par la Caravelle est supérieur. Cela est dû au rendement élevé des Dom 4 et Dom 12 (supérieur à celui du Dom 40 équipant la Farella). Remarquez que dans sa documentation sur la gamme "tout dôme", Cabasse "triche" un peu sur la mesure du rendement des enceintes, car il effectue une mesure moyenne sur une bande limitée allant de 1kHz à 20kHz, de sorte que la chute de rendement dans les graves ne vient pas affecter la glorieuse valeur de 93dB SPL (1m, 1W, pour la Caravelle). Une mesure moyenne sur toute la bande serait moins avantageuse...

A l'oreille, je l'ai dit, les 2 enceintes produisent un grave étendu et très net, assez semblable. Les différences subtiles qui apparaissent avec les instruments de mesure ne se manifestent pas de manière évidente à l'écoute. Les percussions sont tendues; les accords de la main gauche au piano sont propres et lisibles; l'orgue est homogène (à défaut d'être "réaliste", dans une chambre de 20m2, faut pas exagérer!) Cela est à mettre au crédit de la Farella dont la mise en œuvre du bass-reflex semble avoir été particulièrement optimisée, plutôt qu'à celui de la Caravelle dont la charge close est plus simple tout en assurant toujours le meilleur comportement transitoire (absence de traînage, caractéristique incontestée des enceintes Cabasse de cette génération).

Je reviendrai un peu plus tard sur le correcteur électronique, élément indispensable de tout système de cette gamme, et sur son réglage.
Fichiers joints
Réponse à 1m, dans l'axe, pondérée par 1/12 octave
Réponse à 1m, dans l'axe, pondérée par 1/12 octave
easera0003.gif (31.23 Kio) Vu 9738 fois
Modifié en dernier par Dom le mer. 15 juil. 2015 22:10, modifié 4 fois.

peter77
Intarissable
Intarissable
Messages : 8236
Enregistré le : mer. 18 juil. 2007 11:51
Localisation : Seine et Marne

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par peter77 »

c'est réellement passionant a lire. quelle connaissances !bravo. merci d'enrichir notre culture acoustique. :-D

zely30
Intarissable
Intarissable
Messages : 7784
Enregistré le : mar. 26 janv. 2010 10:42
Localisation : Gard

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par zely30 »

Oui, merci. :wink:

udayan
Volubile
Volubile
Messages : 564
Enregistré le : jeu. 14 sept. 2006 14:25
Localisation : Loir & Cher

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par udayan »

Bonjour,

En tant qu'ex possesseur de Caravelle M2, je confirme l'excellente qualité de restitution de ce modèle.


Et j'attends la suite avec intérêt...



Udayan

madorre
Intarissable
Intarissable
Messages : 4697
Enregistré le : lun. 24 déc. 2007 03:20
Localisation : Cantal-Lozere

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par madorre »

Tres bien expliqué.
Pour les filtres Baxandall des anciens amplis (les fameux graves et aigüe), c'est effectivement vraiment dommage d'observer leur disparition.
Dans une pièce on observe effectivement une augmentation des graves, mais tout de même les médiums et hauts médiums se trouvent aussi souvent amplifiés.
Théoriquement cela devrait être moins le cas (pour les raisons exposées au dessus), car ils se diffusent plus facilement avec le mobilier. Mais en général, je trouve les pièces plus colorées dans cette bande que les graves. Sans doute est ce lié à notre perception bien plus sensible dans cette plage de fréquence.

Udayan, toi qui connais bien le système Baltic, et qui a possédé les caravelles. (je ne m'en souvenais pas), as tu essayé les Caravelles dans les même conditions avec des caissons graves. En gros dans la même configuration que les Baltic. Ça donnerait quoi à ton avis?

udayan
Volubile
Volubile
Messages : 564
Enregistré le : jeu. 14 sept. 2006 14:25
Localisation : Loir & Cher

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par udayan »

Le grave des Caravelles était excellent; tellement meilleur que celui diffusé par le caisson Volcan A 30 F200 qui allait avec les Baltics que le n'ai jamais essayé l'association des deux!!!

Pour le reste de la comparaison, la Baltic 600, c'est une Caravelle qui se serait débarrassé de certaines duretés dans le médium/aigu et aurait gagné une image beaucoup plus tridimensionnelle.

Même avec 4 stromboli passifs et une amplification réputée dans le grave, je n"ai pas réussi a faire mieux que les 21 ndb des Caravelles



Udayan
Modifié en dernier par udayan le dim. 05 juin 2011 12:17, modifié 1 fois.

maureljoe
Timide
Timide
Messages : 18
Enregistré le : lun. 23 mars 2009 16:32
Localisation : 94

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par maureljoe »

"Et tellement élégante en plus"
C'est vrai que la gamme "tout dôme" est aussi, une grande réussite esthétique.
Merci Dom pour cet "Eloge".
Modifié en dernier par maureljoe le dim. 05 juin 2011 12:11, modifié 1 fois.

madorre
Intarissable
Intarissable
Messages : 4697
Enregistré le : lun. 24 déc. 2007 03:20
Localisation : Cantal-Lozere

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par madorre »

Merci Udayan. Ça faisait un bout de temps que je me posais cette question.
Donc même avec l'apport d'un filtrage passif plus évolué (ce sont des M2), elles gardent quand même un (petit)peu de dureté comparé à des modèles plus récents.
+1 avec Maureljoe, c'est vrais qu'elles sont agréables à regarder, et d'un volume passe partout.

Dom
Causant
Causant
Messages : 134
Enregistré le : sam. 21 mai 2011 18:48

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.

Message par Dom »

Avant d'aller plus loin, les mesures et le comparatif précédents me donnent l'occasion de faire quelques commentaires personnels.

Tout d'abord, sur l'extension de la bande passante dans le grave. Dans l'exemple (salle d'écoute de 20m2, plutôt bien amortie), la fréquence de coupure réelle d'une Caravelle est située aux alentours de 45Hz (à -3dB, réf. 1KHz) avec correcteur. Cette fréquence se situe dans l'extrême grave de la bande audio. S'agissant d'une enceinte close dont le volume extérieur ne dépasse pas les 53 litres et qui est capable, selon son fabricant, de délivrer une pression impulsionnelle répétitive de plus de 118dB SPL à 1m, il s'agit en soit d'une performance remarquable. Bien des enceintes, quelle que soit leur taille et leur type de charge, ne peuvent afficher une réponse aussi régulière et aussi étendue dans le grave (y compris au sein du catalogue Cabasse). On peut donc dire, contrairement à une idée répandue à l'époque, que Cabasse rime avec basses!

Il ne nous aura pas échappé que, dans sa documentation, Cabasse donne une fréquence de coupure en chambre sourde de 60Hz. Cela confirme que les mesures en chambre sourde ne correspondent pas à ce qui sera obtenu dans une situation d'écoute réelle. Il ne faut donc pas s'y attacher si ce n'est que comme un point de repère au sein d'une gamme d'un même fabricant (car le protocole de mesure n'appartient qu'à lui, il n'obéit pas à un standard). Cela explique que les valeurs de fréquence de coupure publiées par les fabricants (qui ne précisent pas souvent leurs conditions de mesure) diffèrent notablement. Comparaison n'est donc pas raison. L'époque semble pourtant révolue quand la bande passante était un pur terme de marketing (on voyait alors des produits qui s'affichaient, bravaches, avec une BP de 25Hz à 35KHz...) On s'est un peu calmé depuis.

Toutefois, il faut dire qu'utiliser un HP grave en dessous de sa fréquence de résonance dans l'enceinte close (la Caravelle M1 est accordée à 65Hz) est pénalisant car le rendement décroît rapidement (on est dans la zone de coupure en chambre sourde) et le déplacement de la membrane augmente jusqu'à devenir éventuellement dangereux pour le HP (à tension constante, le déplacement augmente lorsque la fréquence diminue). Il y a donc un risque d'abord de distorsion et ensuite d'endommagement. Comme nous le verrons une prochaine fois, le HP grave de la Caravelle (type 21NDB) semble avoir été prévu pour cela. Je ne dispose pas (encore) de mesures personnelles de la distorsion harmonique, mais on trouve sur ce site une critique de presse (si l'on peut dire, tant les articles de la presse spécialisée française sont peu critiques!) une mesure de distorsion de 1,2% à 50Hz. Cette valeur - excellente - est à prendre avec précaution car la pression acoustique (le volume sonore) à laquelle la mesure a été faite n'est pas indiquée. Or, les 2 sont liés, la distorsion augmente avec l'amplitude du déplacement de la membrane. Il n'empêche qu'à un certain niveau d'écoute, disons "réaliste", il sera prudent de passer le relais à une enceinte conçue pour couvrir les premières octaves de la bande audio. Reste à savoir laquelle...

Le caisson par excellence de la gamme "tout dôme" est l'Etna. Il a existé 2 versions dont les principales différences sont le remplacement des 2 HP à dôme à nid d'abeille (21NDC) initiaux par 2 HP 21cm à membrane à cône en mousse alvéolaire - modèle Etna 2, et la modification de l'ébénisterie. J'avoue ma lacune: bien qu'ayant vu ce caisson en diverses occasions, je n'en ai jamais possédé et n'ai pas d'expérience précise sur ce sujet*. Néanmoins, au cours de discussions informelles (notamment avec P-Y. Diquelou de Cabasse), j'ai pu apprendre que ce caisson était pour son fabricant l'aboutissement provisoire de ses recherches sur l'extrême grave. De conception originale, il met en œuvre 2 HP en "push-pull", l'un ayant un montage inversé sur l'enceinte (l'un des HP rayonne vers l'extérieur par la face avant de sa membrane, l'autre par sa face arrière, les HP étant alimentés en opposition de phase). Cela est destiné à réduire l'asymétrie des déplacements de membrane sur les grandes amplitudes, l'une compensant l'autre, donc à réduire la distorsion harmonique, tout en disposant d'une surface rayonnante suffisante pour obtenir du niveau. Je resterai discret sur le type de charge (bass-reflex, labyrinthe, etc.?), faute de connaissance. Si quelqu'un peut nous renseigner, il sera loué! L'ambition était de descendre jusqu'à 20Hz, voire en deçà. L'objectif est sans doute atteint. Mais le problème majeur de cette enceinte, outre son volume important et son esthétique plutôt sommaire, son coût de fabrication (HP NDB, plus de 40Kg d'ébénisterie) et par conséquent son prix de vente (auquel il faut ajouter celui d'un filtre et d'un ampli externes), reste semble-t-il ses limitations en termes de dynamique. En effet, partant d'un rendement assez bas (89dB SPL en bruit rose limité à 200Hz) et d'une puissance admissible limitée à 120W, l'Etna, s'il peut accompagner sans réserve les Caravelle, Corvette et Galiote sur un programme musical acoustique classique, peut être pris en défaut par les niveaux extrêmes en usage en HC (en cinéma, le canal LFE est censé être calibré à +10dB par rapport aux canaux frontaux!) Un caisson de ce prix ne pouvait avoir une place durable sur le marché s'il ne pouvait satisfaire tous les usages. D'autant que depuis, la maîtrise de l'extrême grave a fait quelques progrès. Alors, peut-être qu'un Santorin 30...

Un des avantages de la charge bass-reflex est que les déplacements de la membrane du ou des HP de grave sont maîtrisés jusqu'à la fréquence de résonance de l'évent (fréquence à laquelle le rayonnement de l'évent est maximum). A cette fréquence, généralement très inférieure à la fréquence de résonance d'une enceinte close (entre 35 et 45Hz au lieu de 65Hz, pour situer), le déplacement de la membrane est très faible, en conséquence la distorsion harmonique est également très faible (lire la savoureuse histoire racontée par P. Muller dans HC-FR qui explique comment la FNAC a littéralement planté Cabasse et ses enceintes closes par la mesure de la distorsion à 40Hz, fréquence d'accord des enceintes BR concurrentes!) Cela autorise des niveaux d'excitation supérieurs des HP (sur le plan mécanique, car sur le plan thermique la bobine peut jeter l'éponge avant de talonner!) En revanche, en dessous de la fréquence d'accord de l'évent, le HP monté en BR n'est plus chargé et l'amplitude des déplacements s'accroît vertigineusement jusqu'à dépasser celle du HP monté en enceinte close qui lui est toujours chargé et amorti. C'est la zone à risque pour le BR, c'est pourquoi les systèmes de sonorisation de forte puissance sont filtrés (passe-haut à 35Hz, par exemple) pour éviter la casse.

En guise de conclusion provisoire, nous pouvons dire - sans surprise - que les critères qualitatifs d'une enceinte grave sont:
- la fréquence de coupure basse: plus celle-ci est faible, meilleur c'est.
- la capacité dynamique: plus la puissance admissible et le rendement sont élevés, meilleur c'est.
- le comportement transitoire: plus le traînage est court**, meilleur c'est.

Sur ces 3 critères, la Caravelle offre un compromis remarquable, dans un volume réduit (-30% par rapport à celui d'une enceinte classique comparable).

* Depuis l'écriture de ce message, j'ai pu acquérir et mettre en œuvre un Etna 1 sur ma chaîne, au sein d'un système 5.1 constitué en outre de 4 Caravelle M2 et de 1 Corvette M2 en centrale. L'Etna est bien une enceinte bass-reflex. La fréquence d'accord est à environ 22Hz. Mesures et commentaires vers le lien suivant http://cabasse.vraiforum.com/t3237-Les- ... cabase.htm

** On entend souvent parler de grave "rapide", ce qui est absurde physiquement. Mais, si l'on comprend ce que l'on veut dire par là, on devrait plutôt dire du grave qu'il est "court" car il ne traîne pas après la fin de l'excitation électrique du HP. Enfin, bref.

La prochaine fois, promis, ce sera le correcteur actif qui sera la vedette.

PS. Merci de vos encouragements, même si le sujet est un peu "pointu". Madorre, la question du médium est effectivement l'autre sujet sensible concernant les Cabasse de cette époque, j'y viendrai un peu plus tard. Mais, pour le moment je suis dans le grave!
Modifié en dernier par Dom le mer. 15 juil. 2015 22:21, modifié 6 fois.

madorre
Intarissable
Intarissable
Messages : 4697
Enregistré le : lun. 24 déc. 2007 03:20
Localisation : Cantal-Lozere

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par madorre »

Madorre, la question du médium est effectivement l'autre sujet sensible concernant les Cabasse de cette époque, j'y viendrai un peu plus tard. Mais, pour le moment je suis dans le grave!
Ce n'est pas grave. :-D
On verra en temps et en heure. Merci pour ces articles vraiment intéressants.
Pour illustrer, voici des photos de caissons basse Etna.
Image
et le lien dans le Wiki pour plus de renseignements.
http://www.forumcabasse.org/wiki/Etna

pascal.bessiere
Causant
Causant
Messages : 69
Enregistré le : mar. 21 oct. 2008 18:34

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par pascal.bessiere »

Bonjour,

A mon avis, les Georges Cabasse sont terriblement actuelles et adaptées pour un Home Cinema moderne (et la HiFi, qui peut le plus...). Je regrette amèrement que ces modèles ne soient plus fabriqués, donc vive internet !
Actuellement, j'ai tous les modèles tout dôme, sauf les Albatros/Brigantin. A mon avis, il ne faut pas écouter des Georges Cabasse sans un caisson de basse (un bon, évidemment). C'est une erreur qui a fait que beaucoup de mélomanes se sont détournés des Georges Cabasse.
J'ai longtemps écouté mes Galions VI avec un Velodyne de 36 cm, et franchement se serait regrettable de s'en priver. J'ai aussi testé plus récemment avec un équaliseur ou un ampli Cabasse AS 1000 (avec compensateur). Non, franchement, c'est un peu mieux, mais les Cabasse 30 cm en système clos ne sont pas fait pour descendre dans l'extrême grave, ce n'est pas dans leurs gènes. Pas besoin de long exposé technique pour s'en rendre compte !
Je pensai que les Goelands suffisaient pour assurer seules la charge du grave ; par rapport à des Galions, la différence est impressionnante. Puis, j'ai ajouté un Saturn 55 sono pour soulager les Goelands sur certains films, avec un niveau d'extrême grave qui me semblait mettre en danger mes 30 NDA. Et bien, je peux vous assurer que le Saturn ne fait pas de la figuration, ce fût même un choc !
Sinon, j'ai acheté à la fin des années 90 une enceinte centrale après une écoute en aveugle. C'était une BC Acoustique, dont le son se rapprochait le plus des Georges Cabasse. J'avais en effet du revendre la Cabasse voie centrale, qui m'avais fait comprendre que l'époque avait changée...
Sniff, les années 80, c'était la belle époque tout dôme ^^

<EDIT Madorre: une discussion à été créé ICI: http://www.forumcabasse.org/forum/viewt ... 049#p88049 Pour discuter plus en détail de la splendide installation de Pascal Bessiere. (Fallait au moins ça pour un tel matériel :wink: ) >
Fichiers joints
Install.jpg
Install.jpg (176.7 Kio) Vu 9605 fois
Modifié en dernier par pascal.bessiere le lun. 06 juin 2011 00:30, modifié 2 fois.

Dom
Causant
Causant
Messages : 134
Enregistré le : sam. 21 mai 2011 18:48

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par Dom »

Gasp!! Alors là, je dis total respect! Quelle collection, que dis-je, quel feu d'artifice!

Une petite question quand même: quand le Saturn 55 décolle, ça n'a pas tendance à énerver la petite bébête qui dort au-dessus? :)

Pascal, je partage ton avis sur la modernité de la conception de ces enceintes. C'est ce qui m'a incité à ouvrir ce sujet. Idem sur l'utilisation de caissons de grave. D'ailleurs, c'est avec cette gamme d'enceintes que Cabasse a développer son premier système triphonique (on dirait 2.1 aujourd'hui, préfigurant les systèmes multicanaux actuels).

Pour le "long exposé technique...", j'en suis désolé. Je vais essayé d'être plus concis à l'avenir. Mais on n'a pas tous la chance de pouvoir expérimenter ces choses là chez soi, avec ses oreilles. Il faut donc raisonner avec ses connaissances qui s'enrichissent au fil des lectures... et des échanges avec des passionnés.

Je compte sur toi pour continuer à nous faire part de ton expérience.

A bientôt.

PS. Aurais-tu la possibilité de redimensionner ta photo (850 pixels de large max) pour un meilleur confort de lecture. Merci.

madorre
Intarissable
Intarissable
Messages : 4697
Enregistré le : lun. 24 déc. 2007 03:20
Localisation : Cantal-Lozere

Re: Eloge de la gamme "tout dôme" (Caravelle, Corvette, etc.)

Message par madorre »

Dom, n’hésite pas à faire si tu le désire un petit sujet sur ton installation. En plus cela donne un petit coté convivial.

Et, non non ne raccourci rien! c'est très intéressant et bien expliqué. Je ne pense pas en plus que cela s'adressait à toi.
C'est vrais que quand on écoute plusieurs Cabasse de l’époque, dans de bonne condition, cela s'impose rapidement. Surtout si on les essaie ensuite avec un bon caisson. Après, expliquer pourquoi c'est tres intéressant.

Répondre